Différence entre Cloud et le computing utilitaire


, Mis à jour le 12 mars, 2018

Différence entre Cloud et le computing utilitaire

Nous assistons de nos jours à un changement sismique dans la technologie de l'information - le genre qui survient à peu près toutes les décennies. Il est tellement énorme qu'il affecte non seulement les modèles d'entreprise, mais l'architecture sous-jacente de la façon dont nous développons, déployons, exécutons et livrons des applications. Ce changement a donné une nouvelle pertinence à des idées telles que le cloud computing et l'informatique utilitaire. Sans surprise, ces deux concepts différents sont souvent regroupés.

Qu'est-ce que l'informatique utilitaire?

Alors que l'informatique utilitaire (l'informatique à la demande) nécessite souvent une infrastructure de type cloud, elle se concentre sur le modèle d'entreprise sur lequel reposent les services informatiques. En termes simples, un service informatique utilitaire est un service où les clients reçoivent des ressources informatiques d'un fournisseur de services (matériel et / ou logiciel) et «payent pour la boisson», tout comme vous le faites pour votre service électrique à la maison.

Amazon Web Services (AWS), en dépit d'une panne récente, est la tête d'affiche de ce modèle car il fournit une variété de services, parmi lesquels le Elastic Compute Cloud (EC2), dans lequel les clients paient les ressources de calcul à l'heure. Le Simple Storage Service (Service de stockage simple) connu sous le nom de S3, pour lequel les clients paient en fonction de la capacité de stockage. Parmi les autres services utilitaires, on peut citer Network.com de Sun qui est le service de cloud de stockage récemment lancé par EMC, et ceux proposés par des startups telles que Joyent et Mosso.

Le principal avantage de l'informatique utilitaire est une meilleure économie. Les centres de données d'entreprise sont notoirement sous-utilisés, avec des ressources telles que les serveurs inactifs souvent 85% du temps. Cela est dû à une surbudgétisation qui s’explique par le fait d’acheter plus de matériel que nécessaire pour faire face aux pics comme durant l'ouverture de la journée de marché de Wall Street ou durant la saison des fêtes. Cela permettrait de gérer les charges futures prévues et se préparer à des augmentations imprévues de la demande. Le computing utilitaire permet aux entreprises de ne payer que les ressources informatiques dont elles ont besoin, quand elles en ont besoin.

Qu'est-ce que le cloud computing?

Le cloud computing est un concept plus large que l'informatique utilitaire et se rapporte à l'architecture sous-jacente dans laquelle les services sont conçus. Il peut être appliqué de la même manière aux services publics et aux centres de données internes des entreprises. Les entreprises de Wall Street mettent en place des clouds internes depuis des années. Ils l'appellent "grid computing", mais les concepts sont les mêmes.

Bien qu'il soit difficile de trouver une définition précise et complète de l'informatique cloud, l'idée que les applications fonctionnent quelque part sur le «cloud» (qu'il s'agisse d'un réseau d'entreprise interne ou d'Internet public) n’a pas tellement d’intérêt. Mais en tant qu'utilisateurs, ce n'est pas une grande nouvelle: nous utilisons des applications Web depuis des années sans nous soucier de savoir où les applications sont situées réellement.

Les grandes nouvelles sont pour les développeurs d'applications et les opérations informatiques IT. S’il est exécuté correctement, le cloud computing leur permettrait de développer, déployer et exécuter des applications qui peuvent facilement augmenter la capacité (évolutivité), travailler rapidement (performance) et jamais, ou à tout le moins rarement, échouer (fiabilité), sans aucun souci de nature et l'emplacement de l'infrastructure sous-jacente.

L’étape suivante comprendra que les infrastructures de cloud computing et en particulier leurs plateformes de middleware et d'application, devraient idéalement avoir ces caractéristiques:

  • Autoréparation: En cas d'échec, il y aura une instance de sauvegarde de l'application prête à prendre le relais sans interruption (connue sous le nom de basculement, ou en anglais failover). Cela signifie également que lorsque je définis une politique qui dit que tout devrait toujours avoir une sauvegarde, lorsqu'un tel échec survient et que ma sauvegarde devient la principale, le système lance une nouvelle sauvegarde, en maintenant mes politiques de fiabilité.
  • Axé sur SLA: Le système est géré dynamiquement par des accords de niveau de service qui définissent des politiques telles que la rapidité de réponse aux demandes. Si le système connaît des pics de charge, il crée des instances supplémentaires de l'application sur plusieurs serveurs afin de respecter les niveaux de service validés, même au détriment d'une application de faible priorité.
  • Multi-location: Le système est construit de manière à permettre à plusieurs clients de partager l'infrastructure, sans que les clients en soient conscients et sans compromettre la confidentialité et la sécurité des données de chaque client.
  • Orienté service: Le système permet de composer des applications à partir de services discrets faiblement couplés (indépendants les uns des autres). Les modifications ou l'échec d'un service ne perturberont pas les autres services. Cela signifie également que je peux réutiliser les services.
  • Virtualisé: les applications sont découplées du matériel sous-jacent. Plusieurs applications peuvent s'exécuter sur un ordinateur (virtualisation à la VMWare) ou plusieurs ordinateurs peuvent être utilisés pour exécuter une application (grid computing).
  • Évolutivité linéaire: Peut-être le plus grand défi. Le système sera prévisible et efficace dans la croissance de l'application. Si un serveur peut traiter 1 000 transactions par seconde, deux serveurs devraient pouvoir traiter 2 000 transactions par seconde, et ainsi de suite.
  • Données, données, données: La clé de plusieurs de ces aspects est la gestion des données. leur distribution, partitionnement, sécurité et synchronisation. Les nouvelles technologies, telles que SimpleDB d'Amazon, font partie de la réponse, pas les bases de données relationnelles à grande échelle. Ne laissez pas le nom vous tromper ! SimpleDB n'est pas vraiment une base de données. Une autre approche qui prend de l'ampleur est celle des grilles de données en mémoire.

Une chose est certaine: la façon dont l'industrie a traditionnellement construit des applications logicielles ne suffit pas à la réduire sur le cloud. C'est pourquoi des sociétés comme Google, Amazon et eBay ont développé leur propre logiciel d'infrastructure, choisissant de ne pas s'appuyer sur les produits des grands fournisseurs d’intergiciel (middleware) tels qu'Oracle et BEA, qui les ont conçus avec une approche très différente.

Pour cette raison, nous assistons à l'émergence d'une nouvelle génération de fournisseurs de plateformes applicatives. Ces fournisseurs construisent des plateformes logicielles conçues pour le cloud à partir de rien: « cloudware ».

Donc, bien qu'ils soient souvent regroupés, les différences entre l'informatique utilitaire et l'informatique cloud sont cruciales. L'informatique utilitaire se rapporte au modèle économique dans lequel les ressources d'infrastructure d'application - matériel et / ou logiciel - sont fournies. Tandis que le cloud computing se rapporte à la façon dont nous concevons, construisons, déployons et exécutons des applications qui fonctionnent dans un environnement virtualisé, partageant des ressources et bénéficiant de la capacité de croître, rétrécir et s'auto-soigner de façon dynamique.


comments powered by Disqus




Les avis des clients

Avis des utilisateurs


Faites entendre votre voix. Passez en revue votre fournisseur d'hébergement Web - bon ou mauvais.


Excellente ! Je suis absolument ravie des prestations offertes par cet hébergeur. Rapport Qualité Prix au top Et un Support de qualité Je recommande

Giner à propos Ex2hosting

Montrer une autre revue
Lire les avis Ex2hosting



Plans d'hébergement




Les plans d'hébergement de 58 sociétés d'hébergement partout dans le monde


Meilleur hébergeurs web

# hébergeur web prix action

1

Infomaniak France

6.75 EURO

Ajouter un Avis
Visiter

2

Hostpapa France

2.95 EURO

Ajouter un Avis
Visiter

3

Greengeeks

4.95 USD

Ajouter un Avis
Visiter

4

Siteground

6.95 USD

Ajouter un Avis
Visiter

5

Planethoster France

5.99 EURO

Ajouter un Avis
Visiter

6

Ex2hosting

3.99 EURO

Ajouter un Avis
Visiter

7

Bluehost

6.95 USD

Ajouter un Avis
Visiter






Hébergeurs par avis de clients

1and1 France
75 avis des clients
Magic-Online
65 avis des clients
Infomaniak France
51 avis des clients
Rapidenet
50 avis des clients
Planethoster France
37 avis des clients
Ajouter un avis Tous les profils


Hébergeurs par fidélité de clients

Infomaniak France
51 / 51 recommandé
Rapidenet
49 / 50 recommandé
Magic-Online
44 / 65 recommandé
Infomaniak Suisse
36 / 36 recommandé
Planethoster France
34 / 37 recommandé
Évaluer hébergeur Tous les profils


Question de la Semaine


Le plus important critère de votre hébergeur



Contacter l'éditeur

Posez votre question