Qu’est ce que le WebDAV ?

Mis à jours 20 octobre 2020

Qu’est-ce que WebDAV ? Dans quels contextes le rencontrez-vous ? En quoi diffère-t-il de ses alternatives ?

Le Web et le WebDAV

Le WWW devait être un moyen de consommer et de produire du contenu. Mais, les navigateurs Web ont presque immédiatement perdu leur capacité à modifier des pages Web. Le contenu en lecture seule montait en flèche pour devenir la norme généralisée.

Modification des pages Web
Les premiers navigateurs Web prenaient en charge la modification des pages Web.

L’édition collaborative de contenu à distance est souvent nécessaire, néanmoins. Elle est réapparue sur le Web sous plusieurs formes.

WebDAV (Web Distributed Authoring and Versioning) est un des mécanismes. Un serveur Web prenant en charge le « Web Distributed Authoring and Versioning » fonctionne de manière simultanée comme un serveur de fichiers. C’est une capacité puissante.

Vous pouvez rencontrer WebDAV dans:

  • Apache HTTP Server,
  • Microsoft IIS
  • Box.com
  • WordPress,
  • Drupal,
  • Microsoft Sharepoint,
  • Subversion,
  • Git,
  • Windows Explorer,
  • macOS Finder,
  • Microsoft Office,
  • Apple iWork,
  • Adobe Photoshop
  • et bien d’autres

WebDAV est un ancien protocole qui remonte à la fin des années 90, dans les années Internet.

Dans le monde des protocoles Web et des API, il précède les architectures SOAP/XML et RESTful. Malgré sa longévité, les implémentations WebDAV peuvent être originales. De nombreux serveurs et clients implémentent des sous-ensembles simples ou étendus des multiples normes impliquées.

L’interopérabilité ne peut donc pas être supposée. En effet, le succès dépend de la plateforme, de l’environnement et des extensions spécifiques au fournisseur WebDav.

Pour toutes ces raisons, le Web Distributed Authoring and Versioning est remplacé dans de nombreux cas d’utilisation par des mécanismes plus modernes.

Quoi qu’il en soit, c’est toujours une capacité puissante et un outil fiable lorsque les bons serveurs et les clients s’allient. Vous pouvez le rencontrer dans de nombreux contextes différents.

Qu’est-ce que WebDAV ?

WebDAV définition

WebDAV (RFC 4918) est une extension de HTTP. C’est le protocole que les navigateurs Web et les serveurs Web utilisent pour se communiquer.

Le protocole WebDAV permet aussi à un serveur Web de se comporter comme un serveur de fichiers. Dans ce cas, il prend en charge la création collaborative de contenu Web.

Le « Web Distributed Authoring and Versioning » étend l’ensemble des méthodes et en-têtes HTTP standard. Il permet ainsi de:

  • créer un fichier ou un dossier,
  • modifier un fichier en place,
  • copier ou de déplacer ou de supprimer un fichier,
  • etc.

En tant qu’extension de HTTP, WebDAV utilise normalement le port 80 pour un accès non chiffré et le port 443 (HTTPS) pour un accès sécurisé.

Pour prendre en charge la création collaborative, la spécification d’origine de WebDAV incluait le verrouillage de fichiers. Mais, il a fonctionné sur la partie « versioning » de DAV en raison de la complexité du domaine de suivi des révisions.

DeltaV (RFC 3253), l’élément de gestion des versions et de la configuration de WebDAV, a été défini plus tard. Puis, des capacités de recherche ont aussi été ajoutées dans une extension ultérieure (RFC 5323).

L’accès et la manipulation de fichiers sont des capacités bien comprises qui sont utiles à un large public. Mais, le suivi des révisions est étranger aux utilisateurs non techniques.

Il n’existe pas non plus de méthode courante que les systèmes d’exploitation, les systèmes de contrôle de version et les applications utilisent pour modéliser l’historique et les modifications. De nombreux schémas sont utilisés. Par conséquent, WebDAV sans versioning est répandu. DeltaV est alors beaucoup moins largement implémenté.

Si vous rencontrez un serveur WebDAV appelé « classe 1 », cela signifie qu’il n’a pas de verrouillage. C’est la classe 2 qui comprend le verrouillage. Un serveur WebDAV avec versioning est souvent appelé serveur « DeltaV ».

Le « Web Distributed Authoring and Versioning » a lui-même été la base de protocoles supplémentaires, notamment l’agenda (CalDAV) et la gestion des contacts (CardDAV).

Où vous trouverez WebDAV ?

WebDAV apparaît dans de nombreux contextes différents, du côté serveur ou client.

Remarque : beaucoup de serveurs ont pris en charge WebDAV depuis un certain temps. Lorsque ce protocole n’est pas important dans le package particulier, la fonctionnalité WebDAV peut ne pas être maintenue aussi bien qu’elle l’était auparavant.

Les serveurs WebDAV

Serveur WebDAV

Un serveur WebDAV reste toujours un serveur Web, mais il peut être intégré à un autre système.

1. Serveurs Web d’usage général

L’implémentation WebDAV open source par défaut se trouve dans le serveur HTTP Apache. De nombreux serveurs Web prennent en charge WebDAV via un module complémentaire, tel que Nginx, lighttpd et Microsoft IIS.

2. Systèmes de contrôle de version

Plusieurs systèmes de contrôle de version sont accessibles via une certaine forme de WebDAV, notamment Subversion, Git et PVCS.

3. Plateformes collaboratives et systèmes de gestion de contenu

Les plateformes de collaboration comme Microsoft Sharepoint ou les CMS comme WordPress, Drupal ou Joomla peuvent avoir WebDAV intégré ou disponible via des modules complémentaires.

4. Services de stockage en réseau et de stockage cloud

Les périphériques de stockage en réseau (NAS) sur votre réseau local peuvent prendre en charge l’accès à distance via WebDAV.

Les services d’hébergement de fichiers cloud comme KDrive peuvent vous offrir un accès à vos dossiers et fichiers via WebDAV.

5. Applications diverses

Vous pouvez rencontrer le « Web Distributed Authoring and Versioning » dans divers endroits où la manipulation et l’édition de fichiers à distance sont utiles.

Par exemple, la plateforme de conception de systèmes LabView peut utiliser WebDAV pour transférer des fichiers vers/depuis un ordinateur cible intégré.

Clients WebDAV

Clients WebDAV

Comme le note la documentation de Subversion, les clients WebDAV sont des applications autonomes, des extensions d’explorateurs de fichiers ou des modules de système de fichiers. Plus précisément, un client WebDAV peut être l’un des suivants :

1. Applications d’accès aux fichiers WebDAV

Les applications destinées à vous donner accès aux fichiers à distance peuvent être purement orientées WebDAV.

Ce sont, par exemple, l’outil en ligne de commande Linux Cadaver ou l’interface graphique DAV Explorer. Elles peuvent être aussi des outils qui parlent de plusieurs protocoles, comme WinSCP ou Cyberduck.

WebDAV dans WinSCP
Utilisation de WinSCP pour parcourir des fichiers à distance via WebDAV.

Ceux-ci vous permettent de télécharger et de transférer des fichiers, de manipuler des dossiers, etc. Les GUI fournissent le glisser-déposer et les métaphores visuelles associées.

2. Applications qui utilisent WebDAV

Une gamme d’applications est capable de travailler avec des fichiers accessibles via le « Web Distributed Authoring and Versioning« .

La boîte de dialogue de sélection de fichiers de l’application prend en charge la saisie d’un nom de fichier local et d’une URL WebDAV, avec le nom d’utilisateur et le mot de passe nécessaires pour le serveur WebDAV.

Parmi ces applications, il y a Microsoft Office (Word, Excel, etc.) ; Apple iWork (Pages, numéros, Keynote) ; Adobe Photoshop et Dreamweaver ; et bien d’autres.

Lorsqu’une telle application fonctionne avec des fichiers ou des dossiers sur un serveur WebDAV, WebDAV travaille en arrière-plan pour fournir des modifications collaboratives des fichiers à distance.

Les fichiers sur le serveur sont modifiés « sur place ». Il n’est plus nécessaire de télécharger sur le système de fichiers local pour un nouveau téléchargement ultérieur créant ainsi plusieurs copies pouvant se désynchroniser.

3. Extensions de l’explorateur de fichiers

La plupart des interfaces utilisateur des gestionnaires de fichiers des systèmes d’exploitation disposent d’une extension pour présenter et manipuler les dossiers et fichiers WebDAV comme s’ils étaient locaux.

Il s’agit notamment de l’Explorateur Windows (Windows File Explorer), macOS Finder, GNOME Fichiers (Nautilus) et KDE Konqueror sous Linux.

Mapper un serveur WebDAV dans l'Explorateur Windows.
Mappage d’un serveur WebDAV en tant que lecteur réseau dans l’Explorateur Windows.

Dans chaque cas, il y aura une option « se connecter au serveur ». C’est là que vous fournissez l’URL du serveur WebDAV. Notez que le format d’URL varie d’un outil à l’autre, malheureusement. Ensuite, vous saisissez le nom d’utilisateur et le mot de passe pour accéder au serveur.

Serveur WebDAV mappé dans Windows Explorer
Serveur WebDAV mappé dans l’Explorateur Windows.

Le gestionnaire de fichiers présente les fichiers et dossiers à distance, accessibles via WebDAV, comme des ressources locales. Vous pouvez les cliquer, glisser et déposer, etc.

4. Modules de système de fichiers

Plusieurs systèmes d’exploitation ont l’option permettant d’utiliser un module de système de fichiers de bas niveau.

Ce dernier permet de monter ou de mapper une connexion à un serveur WebDAV en tant que lecteur ou montage. Il s’agit notamment du Microsoft WebDAV Redirector, du système de fichiers macOS WebDAV, de GNV GNOME GVfs et KDE KIO de Linux.

Une fois que le système d’exploitation a mappé/monté le serveur WebDAV, les fichiers et dossiers exposés via WebDAV sont présentés comme des locaux. Ils sont accessibles par les appels d’accès aux fichiers normaux. Puis, toute application locale y accède sans connaître leur véritable emplacement.

Alternatives à WebDAV

Alternatives à WebDAV

Le « Web Distributed Authoring and Versioning » permet l’édition et la manipulation de fichiers à distance.

Il existe de nombreux autres mécanismes qui permettent de travailler avec des fichiers sur un serveur à distance. Alors, en quoi WebDAV est-il différent ?

1. FTP

Le FTP (File Transfer Protocol) existe depuis les premiers jours d’Internet. Internet était une petite ville à l’époque. Alors, la sécurité de vanilla FTP est complètement inadéquate pour les rues difficiles d’Internet d’aujourd’hui.

En revanche, WebDAV tire parti de la sécurité HTTPS.

La conception de FTP n’est pas compatible avec le pare-feu, où WebDAV s’appuie sur les mécanismes standard pour prendre en charge les serveurs Web.

FTP nécessite son propre processus serveur, où WebDAV vit dans le serveur Web. Puis, FTP ne dispose pas de fonctionnalités orientées collaboration telles que le verrouillage et le suivi des versions.

Il existe des descendants de FTP qui répondent au besoin de sécurité. Pour cela, il faut exécuter une extension de FTP, ou un protocole similaire, sur SSL/TLS ou SSH.

2. SSH

Le protocole SSH (Secure Shell) utilise la cryptographie pour fournir en toute sécurité des services de système d’exploitation, dont l’accès aux fichiers et l’exécution de commandes sur un réseau non sécurisé. Parmi les services figurent SCP (Secure Copy protocol) et SFTP (Secure File Transfer Protocol).

SSH (et donc SCP et SFTP) nécessite son propre processus de serveur et ses propres règles de pare-feu. Cependant, la prise en charge de SSH est presque universelle sur Linux et macOS.

Quoi qu’il en soit, il est récemment devenu un service intégré sur Windows 10 (auparavant, un logiciel tiers était requis).

SCP ne gère que les fichiers en mouvement, où SFTP peut manipuler des dossiers, supprimer des fichiers, etc. Cependant, ils manquent de fonctionnalités orientées collaboration. Le protocole SFTP prend en charge le verrouillage de fichiers, mais vous ne pouvez pas encore compter sur sa présence et son activation.

3. Wikis

Lorsque nous parlons de la production collaborative de contenu sur le Web, les wikis sont l’un des exemples évidents. Les wikis sont des sites Web édités en groupe. Ils servent de connaissances basiques sur les projets, d’outils de prise de notes, de sites Web communautaires, etc.

Un wiki permet à ses utilisateurs de modifier le contenu des pages, de créer des pages et de modifier les connexions entre les pages. Pour ce faire, il utilise un navigateur Web vanilla. Cela dit, aucun protocole spécial comme le « Web Distributed Authoring and Versioning » n’est nécessaire.

En général, les wikis utilisent un langage de balisage simplifié et plus facile à saisir. Ce langage est cependant beaucoup plus limité que le HTML.

Un moteur wiki vit dans un serveur Web comme WebDAV. Pour permettre à un navigateur Web vanilla d’apporter des modifications, les wikis n’ont pas la possibilité de modifier des fichiers multimédias. La seule « gestion de fichiers/dossiers» incluse dans les wikis est la possibilité de créer et de modifier des hyperliens entre les pages.

Le but du wiki est que le site Web soit fourni par les gens et auto-organisé. Cela dit, tout utilisateur peut apporter des modifications. Il n’y a pas de propriétaire ou de contrôleur d’accès prédéfini.

L’idéal anarchique est souvent compromis ; il y a différents moteurs wiki. Beaucoup prennent en charge l’authentification des utilisateurs et imposent des contrôles d’accès aux opérations.

4. Systèmes de fichiers distribués

Il y a plusieurs protocoles pour partager des systèmes de fichiers à distance sur des réseaux. L’utilisation la plus courante est de mapper/monter un partage réseau exporté par un serveur.  Cela vous permet d’accéder aux dossiers et fichiers sur le serveur comme s’il s’agissait d’un lecteur local. SMB/CIFS est natif de Windows. NFS est natif d’Unix/Linux. Pour MacOS, l’ancien AFP par défaut est déconseillé au profit de SMB.

Ces protocoles fournissent essentiellement tous les services d’un système de fichiers sur un lecteur local. Cela comprend le verrouillage de fichiers, mais pas le suivi de version de fichier intégré.

Les installations de systèmes de fichiers distribués sont souvent fournies avec le système d’exploitation. S’ils sont ajoutés ultérieurement, ils nécessitent en général des modules supplémentaires ajoutés au système d’exploitation.

Ces protocoles ont été développés pour fonctionner sur un LAN. Les performances sur Internet étendu ou un VPN ne seront pas exceptionnelles, bien que vous puissiez l’atténuer un peu avec le réglage. Les versions ultérieures des protocoles tentent de répondre à cette nouvelle utilisation.

Ces protocoles ont des surfaces d’attaque beaucoup plus grandes que les protocoles plus simples comme WebDAV. Certaines versions récentes comme NFSv4 et SMB3 apportent des améliorations pour prendre en charge une utilisation sécurisée sur des réseaux non approuvés. Mais, la plupart des versions de ces services ne sont pas sécurisées au-delà du LAN. Leur configuration pour une telle utilisation est très risquée.

5. Stockage de fichiers dans le cloud

Les services de stockage cloud comme Dropbox, Microsoft OneDrive, Google Drive et Box.com semblent être des endroits naturels pour rencontrer WebDAV.

Ce dernier apparaît dans certains d’entre eux. Box.com est accessible via WebDAV. OneDrive est aussi accessible par les installations Windows WebDAV standard (bien que vous n’en ayez besoin que si vous n’avez pas installé la synchronisation de fichiers OneDrive).

D’autres services de stockage cloud fournissent leurs propres API spécialisées, logiciels de synchronisation de fichiers et clients d’applications Web. Si vous voulez accéder à WebDAV, vous devez utiliser une passerelle tierce.

Les API spécialisées, les logiciels de synchronisation de fichiers et les clients d’applications Web fournis par les services cloud sont conçus pour offrir sécurité et performance sur des réseaux comme Internet.

Pourquoi choisir WebDAV ?

Pourquoi choisir WebDAV ?

Bien qu’il existe des alternatives à WebDAV et que certaines soient des systèmes plus récents, aucun de ces systèmes n’intègre toutes les fonctionnalités de WebDAV. Voici les principaux attributs de WebDAV :

  • Intégration du système d’exploitation
  • Utilisation gratuite
  • Intégration étroite avec les services Web
  • Contrôle de version
  • Cryptage pour le transport
  • Accès à distance
  • Stockage centralisé
  • Contrôle de version
  • Verrouillage de fichier

Aucun autre système de gestion de fichiers ne possède tous ces caractéristiques. Vous pouvez transférer des fichiers en toute sécurité avec SFTP et SCP, mais ces protocoles n’ont pas le contrôle de version.

WebDav accorde un accès à distance aux documents dans une base de données centrale plutôt que d’exiger que les fichiers soient copiés sur l’ordinateur local de l’utilisateur, puis recopiés à nouveau.

Vous pouvez acheter des packages logiciels qui gèrent la création collaborative. Mais, vous allez payer pour un système qui duplique simplement les services de WebDAV, que vous pouvez obtenir gratuitement.

Bien que WebDAV soit parfois décrit comme une ancienne méthodologie, il a très bien servi les entreprises de stockage cloud populaires. Il a fourni un accès local sans faille aux fichiers à distance.

Les pratiques de travail modernes de partage d’emploi, de gestion de projet, de création collaborative, de coordination du développement, de télétravail et de services cloud créent une exigence pour les services fournis par WebDAV depuis des décennies.

D’une certaine manière, le « Web Distributed Authoring and Versioning » était en avance sur son temps. Mais, les entreprises commencent maintenant à nécessiter l’ensemble des capacités de WebDAV.

Les serveurs et les clients WebDAV se correspondent encore très bien

Le « Web Distributed Authoring and Versioning » est un ancien protocole qui permet à un serveur Web d’agir comme un serveur de fichiers. Il prend aussi en charge la création collaborative de contenu sur le Web.

Dans de nombreux cas d’utilisation, WebDAV est supplanté par des mécanismes plus modernes. Mais, c’est toujours un outil fiable lorsque les bons serveurs et les clients se correspondent. Vous pouvez toujours rencontrer WebDAV dans de nombreuses applications différentes.

WorldWideWeb (le navigateur Web original basé sur NeXT), c. 1993, Tim Berners-Lee pour le CERN – via Wikipedia.

Aina Strauss

Check Also

cPanel Webdisk

WebDisk cPanel : Comment travailler avec ?

Mis à jours 1 septembre 2020 L’interface Web Disk vous permet de gérer et manipuler …

Share via
Copy link
Powered by Social Snap